mai 17, 2020

La crise des 4 ans chez l’enfant : comment la gérer ?

​Vous l’aimez, vous l’adorez, c’est la prunelle de vos yeux et pourtant, en ce moment… Il vous pousse dans vos limites ! Vous essayez d’être compréhensifs, de lui expliquer, de limiter les situations qui pourraient dégénérer, mais malgré cela, vous vivez encore des moments compliqués. Donc non seulement cela vous dérange et vous inquiète (personne n’aime voir son enfant être mal), mais en plus vous ne savez pas comment réagir pour l’aider à traverser ce moment.

Je pense que c’est le bon moment pour vous parler de la crise des 4 ans chez l’enfant

La période des 2 ans, aussi appelée « terrible two » ou « l’âge du non », est derrière vous. Vous pensiez que cela était terminé pour de bon, et que vous vogueriez sur un fleuve tranquille aux côtés de votre bout de chou d’amour jusqu’à la crise d’adolescence, qui surviendra​ à peu près 10 ans plus tard… Pourtant, oh surprise, oh désespoir, votre enfant de 4 ans se comporte parfois comme un ado ! Quoi ? Déjà ? Mais il est si jeune ! Pourtant, 4 ans est aussi une période particulière, et je vais vous en parler…

Y-a-t-il réellement une « crise des 4 ans» chez l’enfant, et comment s’en sortir à la maison ?

Votre enfant est mignon, gentil, attentionné et il vous rend fier, ce qui est bien normal ! Pourtant, depuis quelques temps, vous découvrez le côté obscur de sa personnalité. Pour le dire rapidement : il veut tout, tout de suite, il négocie sans arrêt, ne respecte pas les règles, est dans l’opposition, et (joie ultime…) : il fait de grosses colères.

Inscrivez-vous ​à la newsletter et recevez mon guide gratuit sur ...

La bonne tenue du crayon

  • Un savoir indispensable pour réussir ses premiers pas à l'école
  • ​Des conseils applicables dès la petite section
  • ​De bonnes habitudes qui serviront pour toute la vie

Et là, vraiment, vous avez beau l’aimer plus que tout, vous êtes désemparés. Et c’est bien normal. Demandez à un parent d’adolescent comment ça se passe à la maison. Vous verrez, il vous dira qu’il fait de son mieux, que ce n’est pas tous les jours faciles, qu’il y a des jours avec et des jours sans…

Mais votre petit n’a que 4 ans lui ! Il n’est pas encore ado ! On ne peut pas parler des poussées d’hormones pour expliquer ses réactions… Pourtant, cette « petite crise d’adolescence » (ou « fucking fours ») fait bien partie du développement de l’enfant selon beaucoup de parents, même si on ne la retrouve pas beaucoup dans les livres de psychologie. Il s’agit donc d’une sorte de rébellion de la part des enfants, qui se caractérise par des crises de colère, de l’opposition, de la bouderie, un rejet des règles et parfois aussi des paroles blessantes envers l’adulte.

Si on devait comparer « la crise des 4 ans » chez l’enfant avec celle des 2 ans, la différence se fait surtout au niveau langagier. Ainsi, à 2 ans, la « crise » se traduit plutôt par des gestes ou des actions de rejet, c’est-à-dire des réactions plus motrices. En grandissant, l’enfant développe son langage et son vocabulaire. Du coup, à 4 ans, c’est l’argumentation et la négociation (sans fin) que l’on découvre, avec frustration à la clé s’il n’obtient pas ce qu’il demande.

Votre enfant est en fait en recherche de plus d’autonomie. Il veut comprendre les choses et arrive maintenant à vous tenir tête. En pleine affirmation de sa personnalité, il alterne entre des moments de maternage et d’autres où il veut tout faire seul, comme un grand.

Il a donc besoin de comprendre les règles, de savoir pourquoi vous lui demandez telle ou telle chose. Nicole Malenfant, professeur à la faculté d’Education de Montréal, l’explique : « Sa logique est grandissante et il est à même de noter les contradictions et les injustices. Par exemple, il peut vous demander pourquoi il doit porter un chapeau au soleil alors que vous n’en portez pas ».

A l’école, cette « crise » n’est pas particulière marquée, ou en tout cas pas de la même manière. Comme je l’ai dit dans l’article Apprendre en s’amusant en parlant de la Moyenne Section, il y a un âge où l’enfant devient beaucoup plus bavard. Il se lie d’amitié avec certains de ses camarades, qui deviennent des copains plus réguliers (alors qu’avant, les enfants sont plus solitaires et les amitiés vont et viennent au gré des humeurs).

A partir de 4 ans, le langage est aussi bien plus développé. L’enfant connait le fonctionnement de l’école, les locaux, le personnel, il sait ce qu’il doit faire en classe et en dehors. Pour toutes ces raisons, l’enfant va prendre confiance en lui. Il va s’affirmer, oser s’exprimer davantage, oser entrer plus facilement en interaction avec les autres et avec les adultes.

En classe, c’est donc une période assez intéressante car l’enfant est plus à l’aise. Il ose plus, il y a beaucoup d’échanges et d’interactions. Mais du coup, c’est aussi une période où les règles doivent être clairement maintenues. Le cadre présenté demeure fixe et identique pour tous, pour éviter aux enfants de ressentir un sentiment d’injustice ou de liberté qui pourrait être déstabilisant. Les règles doivent être les mêmes, immuables et identiques pour tous. Cela les rassure et permet de répondre à leur besoin de justice.

Mais à la maison, comment gérer ces épisodes ? Comment intervenir pour vivre tout ça le plus sereinement possible ?

Comment gérer la crise ​à la maison ?

Je vous propose ici 6 pistes pour faire face à un tel comportement et accompagner votre enfant.


Piste n°1 - Restez droit dans vos bottes !


Vous avez instauré des règles, des limites auparavant, et elles doivent être maintenues. Comme à l’école, les règles permettent à l’enfant d’avoir un cadre rassurant dans lequel se développer et s’épanouir.

Ainsi, évitez les règles fluctuantes qui varient d’un jour à l’autre. Si vous acceptez quelque chose un jour, votre enfant ne comprendra pas pourquoi vous lui refusez le lendemain. En ce moment, plus que chacun, la régularité et la précision des règles sont indispensables pour poser des limites. En effet, vous gagnerez à être constant dans l’application des règles, car votre enfant aura plus tendance à désobéir si vous le laissez parfois faire… Il va en effet plus vite s’engouffrer dans la brèche si vous relâchez votre autorité.

Ainsi, la rigueur est nécessaire. Il a besoin de votre surveillance et de votre accompagnement pour continuer à respecter vos règles, constantes et inchangées. Votre enfant ne vous aimera pas moins si vous posez un cadre fixe, bien au contraire. Il aura là la preuve que vous prenez soin de lui et que vous vous souciez de lui en posant ces limites.

parent qui gère la crise des 4 ans de son enfant

Piste n°2 - Évitez d’entrer dans le jeu de la négociation


C’est super important ! A cet âge, votre enfant est plus à l’aise avec les mots. Il sait comment faire pour obtenir quelque chose de votre part, et vous avez parfois du mal à lui résister. Eh oui, l’amour parental est plus fort que tout... Il peut ainsi essayer de vous faire culpabiliser, de jouer avec les limites et de négocier.

Alors la négociation, ça a son intérêt. Votre enfant développe ses arguments et donc sa façon de penser, il fait preuve d’une réflexion parfois imparable et désarmante.  Et pour temporiser la crise, vous êtes tentés de céder. Cela va plus vite, permet de s’économiser et au moins à la fin, tout le monde est content… Sauf que la négociation entraîne la négociation. Et que petit à petit, votre enfant n’acceptera plus de rien faire sans négocier… ce qui risque de vous épuiser encore davantage.

Alors il y a des choses négociables, un peu, selon ce que vous acceptez. Mais retarder l’heure du coucher ou prendre un troisième gâteau alors que vous n’aviez dit oui que pour deux, c’est non-négociable. Expliquez-lui pourquoi ce n'est pas possible, et pour reprendre le premier conseil, restez droit dans vos bottes​.


Piste n°3 - Aidez-le à développer son estime de soi


Votre enfant grandit, peut avoir des comportements négatifs ou dérangeants… et il a plus que jamais besoin de votre aide pour apprendre à s’affirmer, à suivre les règles et à gérer ses émotions !

Même s’il vous donne l’impression d’être beaucoup plus grand et autonome, il a besoin de votre accompagnement pour s’épanouir. Et pour cela, voici LE conseil : valorisez-le ! Lorsqu’il se comporte comme vous lui avez demandé, lorsqu’il prend sur lui pour gérer une colère ou lorsque vous appréciez son comportement, faites-lui savoir ! De cette manière, vous préservez son estime de soi et ​vous lui indiquez les attentes que vous avez envers lui​.

Dites-lui lorsque vous êtes satisfaits de son comportement, pour qu’il prenne confiance en lui et qu’il voit aussi que vous n’êtes pas toujours en désaccord. Il a besoin de vous pour se construire. Il a besoin de votre accompagnement et de votre soutien, dans les moins bons moments, mais dans les bons aussi !


Piste n°4 - Responsabilisez-le​


A cet-âge, votre enfant ne se considère plus comme un petit. Il est grand, et il a besoin que vous le remarquiez, et que vous lui en donniez des preuves. Ainsi, pour augmenter ce sentiment et l’accompagner dans son développement, donnez-lui des responsabilités qu’il pourra réaliser. Même si c’est plus long,  il est préférable que vous guidiez votre enfant plutôt que vous le fassiez à sa place.

Il apprendra davantage en faisant seul, et surtout il pourra être fier de sa réussite. Se laver ou s’habiller seul, se chausser seul, étendre les chaussettes ou ranger les cuillères​... Ce sont ces petites missions qui vont donner à votre enfant le sentiment d’avoir et de prendre sa place au sein de la famille et se sentir utile.

Il va pouvoir découvrir le nouveau regard que vous portez sur lui, et développer ainsi sa confiance en lui. Ceci va l’encourager à limiter ses colères et lui donner encore plus envie de continuer à grandir. En plus de partager des moments sympas ensemble !


Piste n°5 - Proposez-lui de choisir


Votre enfant a du mal à supporter la contrariété et les règles, et pourtant les règles doivent rester fixes pour donner un repère rassurant à l’enfant. Cependant, il y a des éléments qui peuvent être discutés. Je ne parle pas de négociation, ​comme au premier point, je parle bien de le laisser faire un choix.

Par exemple, aller se laver, c’est obligatoire. Cette règle est fixe et ne peut pas être discutée. En revanche (si c’est possible pour vous), vous pouvez lui proposez de prendre un bain ou une douche. De la même façon, il fait froid, on met des chaussettes : mais tu préfères les bleus ou les rouges ? Et pour le repas, on mange ensemble à table, mais plutôt haricots verts ou salade ?

En ayant la possibilité de choisir entre deux choses, votre enfant va devenir acteur de sa décision. Cela va l’amener à s’engager dans l’action, puisque c’est lui qui va pouvoir décider. Ainsi, vous pourrez atteindre votre but mais votre enfant aura un certain « pouvoir » de décision, ce qu’il va particulièrement apprécier.


Piste n°6 - Formez une équipe !


Durant cette période, la démocratie est indispensable : discutez, communiquez, échangez, expliquez-lui vos décisions ou les situations… Votre enfant a besoin de comprendre. S’il se « rebelle » contre vous, parfois avec violence, c’est car il a besoin d’être traité comme un grand, d’avoir sa place. Et pourtant il voit bien par de nombreuses actions ou situations qu’il n’est pas encore aussi grand qu’il le voudrait.

panneau de la famille

En prenant certaines décisions avec lui, en discutant d’éléments (qui pour vous sont acceptables : par exemple, « est-ce qu’on va au parc ou au lac ? », et non pas « à quelle heure tu te couches ? »), il va pouvoir se sentir à sa place dans l’équipe que vous formez.

Si on reprend l’exemple du chapeau qu’il doit porter à cause du soleil mais que vous ne portez pas, il vous faut être honnête dans votre réponse. Vous pouvez lui expliquez que votre peau est moins fragile, mais qu’effectivement il a tout de même raison, vous devriez vous aussi faire plus attention au soleil.

Au quotidien, montrez-lui que vous n’êtes pas là pour être le/la méchant(e) et que vous ne voulez pas jouer ce rôle. Parfois, vous y êtes obligés, mais expliquez-lui pourquoi. Rappelez-les règles ensemble, et prenez le temps de parler avec lui pour lui donner la place qu’il cherche.


Pour finir…


Cette période n’est pas évidente, ni pour les parents, ni pour les enfants. Beaucoup d’adultes se retrouvent démunis face à leur enfant, si jeune et pourtant déjà si… rebelle ! Mais il ne faut pas oublier que chaque période du développement de l’enfant est nécessaire pour qu’il puisse construire sa personnalité.

Il est indispensable de prendre soin de votre enfant, mais aussi de vous. Ainsi, dans les situations de crise, respirez profondément et tentez de prendre du recul. Dans les mauvaises périodes, essayez aussi de prendre du temps pour vous, pour souffler lorsque c’est possible. Et gardez en tête que votre rôle est de permettre à votre enfant de grandir et de s’épanouir. Essayez de montrer à votre enfant comment gérer ses colères, en prenant le recul et la distance nécessaire pour mieux revenir ensuite. Vous êtes un exemple pour lui, un modèle !

enfant joue avec des fleurs sur ses yeux

Et puis surtout, n’oubliez pas que la bonne nouvelle, c’est quand même que, comme toutes les crises, celle-ci finira aussi par passer ! Être parent, c’est apprendre en même temps que son enfant. Le parent parfait n’existe pas, mais un parent qui doute, réfléchit, se pose des questions et fait de son mieux, c’est déjà super !

​Enfin, ne soyez pas surpris si la crise des 4 ans ​se manifeste davantage à la maison… Votre enfant peut ​parfaitement être un ange à l'école ou avec vos proches, tandis qu'à la maison il se transforme en démon ! En fait, cette crise se manifeste dans le cercle privé car votre enfant a besoin de vos repères, de votre accompagnement, de votre présence pour pouvoir prendre confiance en lui et grandir. Il recherche en fait votre approbation dans le fait que oui, il devient un grand garçon. Oui il ​est plus autonome et responsable. Mais oui, il reste aussi votre bébé. Et vous serez toujours là pour lui, dans les bons comme dans les moins bons moments.

Votre enfant a besoin d'être rassuré, encadré, accompagné, et ainsi très vite, cette mauvaise passade sera oubliée ! 

Je terminerai en parlant de ce livre, qui me semble très intéressant, pertinent et plein de conseils : Petit décodeur illustré de l’enfant en crise​.

Si vous le connaissez, ou si vous voulez me dire comment cela se passe avec votre enfant de 4 ans à la maison. N’hésitez pas à laisser un commentaire ou à m’envoyer un petit message, je les lis tous !

Inscrivez-vous maintenant et recevez mon guide gratuit sur ...

La bonne tenue du crayon

  • Un savoir indispensable pour réussir ses premiers pas à l'école
  • ​Des conseils applicables dès la petite section
  • ​De bonnes habitudes qui serviront pour toute la vie
__CONFIG_colors_palette__{"active_palette":0,"config":{"colors":{"62516":{"name":"Main Accent","parent":-1}},"gradients":[]},"palettes":[{"name":"Default Palette","value":{"colors":{"62516":{"val":"rgb(19, 114, 211)","hsl":{"h":210,"s":0.83,"l":0.45}}},"gradients":[]}}]}__CONFIG_colors_palette__
Je veux recevoir ​mon Ebook

​Derniers articles

Laissez un commentaire


​Votre adresse mail ne sera pas publiée.

  1. Bonjour, merci encore une fois pour vos conseils précieux.
    Ma fille aura 5 ans en août, je ne comprenais pas pourquoi elle avait ses réactions. Je comprends mieux maintenant même si je suis épuisée et je pense que le mot est gentil.. je ne vois pas comment instaurer ses règles maintenant.
    Je vais essayer..
    Merci

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}